Make your own free website on Tripod.com
Mail | Guestbook | Mailing-List


Ehrenfried-Stöber-Institut

Lo baitomme don piat fei de Chan Heurlin
Le baptême du petit-fils de Chan Heurlin

Poème d'Albert Brondex et Didier Mory en dialecte messin, 1785-1787

Lè hairmante Fanchon è poëne ateut r'levaye,
Que fière comme in paon de sé beile covaye,
Elle pense qu'i faut baitier so piat gaihhnat
Que sé meire s'ré marraine, éva l'rossiau Chalat,
Qu'é pramis que s'filleul aireut son héritaige
Et qu'po li far' don bien, i r'nonceut au mairiaige.

To en ravant è c'lé, elle feyeut késancier
So draliet nourrisson qu'ateut beun renvaillé.
I n'aiveut wa qu'in moës, ou tot au pus hhis s'maines,
Qu'l'ateut gai comme in moinne en feyant des fredaines.
Fanchon è tot instant n'feyeut qu'l'rembraissier,
Lo baheut tot pertot, li bailleut è tassier.
Lo geillard, nut et jo, boveut ses dous bouteilles.
Ce n'ateut-m', comme on sait, don boin jus de nas treilles;
Ce n'ateut-me non pus don vin de Jurançon,
Qu'Henri quwette é sayé, sans fare de faiçon.

D'in bé gaihhon enlé sémeire ateut guiarioue,
C'ateut l'afant d'l'aimor, auseu l'ateut agrouse,
Ell'ne l'aireut-m' baillé po l'pus grous héritment;
I feyeut so bonheur, sé jouyé et s'n'aigrément.
Aussé falleut lè veur, comme elle ateut piahante,
Aimable éva tot l'monde, et tojos cairessante;
Don peire de s'n'afant, chaiquin ateut jaloux,
Lo bei Marice ateut lè perle des époux.
L'éveut ausstant d'aimor que l'éveut de coraige
Das l'maitin, ch'qu'é lè nut, il ateut è l'ovraige.
Jaimas ne s'dérangeut, l'éveut trap d'sentimens;
Sé fomme et s'piat gaihhon, val ses divertiss'mens.

Dans tos les environs on vanteut zout ménaige,
Tant lè vertu pertot é dreut è nat' hommaige!
Lo dieumanche quand l'allint évo permi les champs,
L'atient, dans tot lo v'laige, aidmirés pé les gens.
Tot le monde correut, homme, fomme, bacelle;
Chéquin d'jeut de Fanchon: - »Ah! mon Dieu, que l'at beile!
Qu'l'é bonne mine enlé, s'piat mairmat d'sus les brés!
L'inq po l'autre, on direut qu'l'ont étu fats exprés.

R'wateuz les beil' coleurs, lè bianchou de s'vesaige,
On wet beun qu'en tot tems elle é étu beun saige.
L'a vra qu'Marice ateut in brauve et boin gaihhon,
Qui se s'reut putout toué que d'tromper sé Fanchon;
Ma portant, i poveut, quand l'ateut è lè gueire,
Receur in coup d'cainon, qui l'éreut j'té sus terre,
Lè pour' nate eut étu, rédute è son gaihhnat,
Trap agrouse de penre et d'époser Chalat...«

- »Si je pâle de c'lé ce n'a-m' pé malice,
Dejeut lè fomme è Paul, et j'li rends beun jeustice.
Eh! que f'rint donc sans c'lé, les vaves, les afans,
Si on les délaisseut è lè merci des gens?
Ah! combeun on en wet, que l'on prend po bacelles,
Lo pus fin n'y wet gotte, et les creut des pucelles.
C'lé n'fait rien è l'aiffare, et que n'sait rien n'dit rien;
Et lo m'naige, è lè fin, n'en va-m' sovent moins bien.«

Au v'laige comme en velle on fat d'lè meudisance;
C'at l'paiss'temps des envioux, c'at l'piahi d'lè vengeance;
Aussé Fanchon paisseut pé lè langue des gens,
Comme on fat, en coëchatte, en parlant des aibsens.
Les fommes, de dépit, atint surtout jélouses
De lè veur dans lo rang des pus doces épouses;
L'endialint d n'poveur li treuver queuq'défaut:
- »Elle ateut trap beun minse, et lo porteut trap haut,
In jupon de taiff'tais n'ateut-m fat por leye.«
Tortot ce qu'elle aiveut lous y feyeut enveye.
C'ateut so bé bonnat, et so bé vantérien
C'ateut ses fins solés qui lè chaussint si bien.
- »S'mochu senteut per trap lè daime, ou lè grisette,
L'ateut per trap reiche, auss'bien qu'sè chemisette;
Son homme n'ateut rien que l'fei d'in mairchau,
Ce n'ateut-m' lo Pérou, po far lo godluriau;
On créreut, è lo veur, qu'l'at lo seigneur don vlaige;
Et bientout, au motin, l'éré, l'éré, comme'lu, so siège...«

Au mitan d'ces gens-lé, qui creutiquint Fanchon
Se treuveut, per héza, lè meire Barbichon.
Tot è cop on l'entend que crie et se démoëne,
Que dit è tot l'couarail: »Poqué v'bailler tant d'poëne
Po dehheurier des gens qui ne vos font point d'mau?
Ve mériterins beun qu'on v'bailleut sus l'musiau.
Comment ouseuz-ve pâler de mé bonne coseine?
Si ve n'coucheuz-m' bientout vate indeigne berdaine,
V'éreuz aiffare è mé, je v'kiawra l'paroli
J'a lo pogne ika ferme et c'lé ne f'ré-me in pli.«

- »Qu'at-ce que ve berbollieuz, repond eune bacelle,
Rentreuz vite cheuz vos, vieille sempiternelle,
On n'vos craint wa tossé, alleuz vos j'té sus l'lit,
Ve senteuz le rogome et vot'teint se ragit.«

L'allint se penre aux crins, quand l'peire è lè bacelle
Li fianque in boin hhofiat po framer lè queurelle.
C'at enlé bien sovent que lo couarail finit;
On s'pique, on boët, on s'bét et chaiquin va dans s'lit
Tortot c'lé no fat veur qu'eune fomme angélique,
N'at, dans aucun endreut, è l'aibri d'lè critique.
Fanchon ne s'en doteut-me, et s'conduheut si bien,
Que pertot elle éreut treuvé queuqu'boin sotien.
Tot chaiquin en tot tems s'empresseut de li piare.
Marice ateut surtout son ange tutélaire.

I jo donc qu'i djunint éva l'boin Chan Heurlin,
Bovint don vin d'l'ainnaye et maingint don gayin,
Fanchon vint les treuver et près de zout so r'pouse,
Dandinant so gaihhnat et chantant l'endremouse.
»Ço geillard lè, dit Chan, te baille don tintoin?«
- »Nian déjè, r'pond-elle, aussé j'en a beun soin,
Je m'pias è l'dorlater tot au long d'lè jonaye,
Po qui seut endreumi pendant tot'lè nutaye;
Ç'at po po vos paler d'lu que ve m'weyeuz tossé,
Ve roublieuz s'baitomme et j'viens v'y far penser.«

- »L'at ma foë tems, dit Chan, et t'ais rahon, mè chère,
I faut que dès auj'hu j'en paleusse è tè meire,
Je fisqu'rans lo moment po en preuvnint Chalat
L'é d'mandé d'êt' parrain, ç'ateut portant mo lat;
Mas aussé j'euspèr' beun qu'i tienré sé promasse;
Lo bien qu'i t'é pramis ne t'f'ré-m' roulier carasse
Mas éva l'çou qu't'éré et qu'Marice y joindré
Ve s'reuz, morbieu, ti dous in couple qu'on citré.«

- »Ah! mon Dieu, j'n'en paisserans, s'i n'tient-me è sé pérale,
J'a des brès, Dieu merci, dés aujd'hu j'm'en consale,
Dit Marice è Heurlin, je n'vieux-m' palé de c'lé,
J'en évans beun aissez po plaicier c't'afant-lé...«
- »Mas quand l'diale y s'reut, n'a-m' ka temps d'baitte en r'traite,
Ve n'en rest'reuz-m' tolé, te s'reuz, jarni, mout beite.«

Fanchon rieut dans sé bairbe è ço discours bédin.
Enca beun qu'il ateut in tant soit pou malin.
Rogissant de pudeur, et sans que c'lé pairaisse,
Elle é l'éttention de coëcher sé faiblesse.
Sans dote elle aimeut mieux lè chouse que lo mat.
L'aimour vient don mystère et preufer' l'ombre au slat.

»Peire, boveuz in coup, et palans don baitomme,
V'l'éveuz layé tolé po couser éva m'n homme.
Quand penseuz-v' qu'on pourré far veni nas pairens?
I n'faut point d'étrangis, j'atans beun aissez d'gens.«
- »Je l'creus beun, dit Heurlin, eh! beun, ce s'ré dieumanche,
Si Ginon l'vieut portant, au bairou j'mattra l'anche,
Et j'boirans tortus dÄboin kieur è té santé,
È celle de Marice et d'vat afant gâté.
I l's'ré, ma foë, j'en r'ponds, t'en as déjè si folle,
I t'f'ré sovent dauner, j't'en baille mé pérale;
Eva tos les preumins, on n'en fat-me auteurment,
Des mlioux meires, pé foës, les guaichnats font l'tourment.«

Pendant qui guèzolint, val' Ginon qui s'preusente,
Lo v'saige tot riant elle ateut contente.
»V'airriveuz tot è point, li dit lo peire Heurlin,
V'leuz-v' po déjeuner penre i werre de vin?«
- »V'n'en éveuz-m' trap por vos, merci r'pond-t-elle è s'n'homme
Lo m'lioux vin n'at jaimas lo djunon d'eun fomme...
Qu'at-ce que v'recontins donc depeus qu'v'ateuz tolé?
Palins-v'don baitomme, i faut songer è c'lé;
Je voureus le sawer, i faut que c'lé finisse
Deucidons-lo è preusent, lo mament a prapice.«

- »Eh! beun, reprend Heurlin, i n'faut-m' tant de faiçon,
J'a propousié l'dieumanche, i convient è Fanchon,
Je creus qu'on n'pieut mieux far, c'lé nos convient è tos,
C'lé n'dérange péhhoune et c'at in jo de r'pos;
Demain j'vra veur nat' préte, aifin qui s'prépaireusse,
Comme i faut qu'chaiquin d'nos po l'moment s'aiprateusse,
I faut, si v'm'en creyeuz, far çolé das l'maitin,
In oure aivant lè masse, on s'rendré au motin,
J'aivans don temps d'vant nos po fare nos invites,
Po preuvnin lo parrain et fare nos visites;
Po envayer è Metz chercher tot c'qui fauré,
Des pois d'seuk tant è pus; mas qui at-ce qui les aich'tré?«

- »Ne v'en inquiéteur-me, dit Marice è s'beau-peire,
J'a dans Metz in aimi bien frnc et bien sincère.
Qui f'ré beun vat' empiette et qu'l'aipotré cheuz vos.
Auss' bien j'l'éreus prié d'v'ni diner éva nos;
Il en f'ré, tot jayoux, de boin kieur lo vayège,
Je n'a pu l'aller veur depeus l'jo d'nat mairiaige.
Fanchon qui lo connat sait qu'çat i boin gaihhon
Compiahant, obligeant, qui n'at-me in guerluchon.
C'ateut beun maugré mé qui n'ateut-me è lè nace;
L'y sereut vni tot pairé sans awer b'zan d'carasse.«

- »Mas, j'y pense seul'ment, v'n'ateuz-me ica mairiés,
Dit Ginon tot è cop, vas bans n'sont-m' peubliés.
V'l'ateuz pé d'vant natare, at-ce aissez? je n'lo creus-me,
Lè religion vieut pus, at-ce que vas n'lo saiveuz-me?
Si l'on n'va-me au motin, j'm'en penra è Fanchon
Et p't'êt' beun, que l'keuré, n'vouré-m' baitier s'gaihhon.«

- »I n'pourré s'y r'fuser, repond auss'tout Marice,
I n'lo f'ré-m' non pus, auss'bien ç'at s'beunéfice;
Mas portant s'i n'faut qu'c'lé por vos tranquiliser,
J'y paiss'rans bien v'lanti, je n'vieux-m' vos aibuser.
Lo mairiaige et l'baitomme se f'ront aivant l'ouffice,
I quart d'oure de pus, n'at-me in grand saicrifice;
J'li dira de s'hâter po v'nin diner cheuz vos,
I n'boudré-m', j'en r'ponds, quand i s'ré éva nos,
Et sé poë en tot kès li s'ré beun payaye,
Et taille i s'ré content de sé bonne jonaye.«

- »Tortos vré beun enlé, viv' les gens qu'ont d'l'esprit,
Eva les gens qu'sont francs, on n'é-m' bezan d'écrit,
Dit lè meire Ginon, dont c'lé fietteut l'araille
J'alleus, j'creus, m'endreumi, mas c'aiffar-lé m'renvaille,
Faut é c'tour' que j'penseusse è c'qui faut po d'juner,
Repouseuz-v' sus mé, n'alleur-me m'taiquiner.
Je r'ponds qu'tot c'qui faut, le rehhe at vate aiffare.
Mas qu'at-c' que t'fas tolé? dit-elle è sé Fanchon,
To v'lé tot endreumaye auss'bien que t'piat gaihhon;
Vé t'en lo p'ter dans s'lit, il y s'ré pus è s'nahe;
Lo pour nat, comm'l'at bé! l'at, mardi, tot en nage.
Allans n's-en tos les treuhh, et layans les chaipés,
I n'faut-m' les déranger quand i sont ouccupés.
Prends wad' de renvailler c'te chère créature;
Pus j'le rewate, et pus j'wés que ç'at té portrature.«
Fanchon s'leuve è l'instant et va p'ter dessus s'lit
Lo tenre oubjet d'ses soins qu'elle aidoure et chérit.

- »Pendant qu'j'atans nas douss, dit Heurlin è Marice,
Des gens que j'invitrans, i nos faut far' lè lisse.
Te l'écrirés mieux qu'mé, pusque t'ateus forier,
J'a dans m'tiran tossé, des pieumes, don paupier,
J'va t'dicter les noms, j'n'en vieux-me eune fonaye.
Val de l'encre, écris donc: les Pouaré, Letcornaye,
Nat grand onkin Giaudat, l'Aubertin d'Vany,
L'cosin François de Metz, et surtout t'boin aimi,
Lo Crasse de Cheuby, m'pus ancien caimérade,
Qui n'fat d'in pat d'vin, qu'in trat, qu'eun' raisade.
Ç'at in bon compaignon que tojos chante et rit,
Que mainge comme' quwett' et d'mar' sus s'n aupétit.
Mas c'lé, n'a-m' beun enlé, i nos faurent des fommes,
Sans c'lé les m'lioux fehhtins ne sont rien po les hommes,
C'lé renjaye lè tauille ous'qu'on aime è causer,
Mattons-y queuqu' coseine, i n'en faut po jaser.
Ecrivans aux cosins de ne point v'nin sans leyes,
Que j'pairans les vialons, porvu qu'elles sint corayes.«

- Ȃ'n'at-me aissez, dit Marice, i faut 'ca des dansous,
Por ainimer lè danse et fare in pou les fous.«
- »Oh! répond Chan Heurlin, j'en treuvrans dans lo v'laige
Pus qu'i nos en fauré, pertot dans chaqu' menaige;
Mas je n'les vieux-me aivant que j'n'aivins déjuné,
Et s'ils font frap d'brut, je les chaiss'ra tot net.
Ç'at fini, j'creus, Marice, è c'toure i faut des lattes
Po chaiquin d'ces gens-lè; drés quelles seront prattes
Je les enverra cheuz zous. J'creus qu'i s'ront mout contens.
Po s'aiprater tortus, l'éront, ma foë, grand tems.
N'faut-me oublier t'n'aimi, je n'sais comment qu'on l'houye?«
- »Ç'at Freumin, dit Marice, i n'émoiré lè jouye;
Demain drés lo maitin, i r'ceuvré mon esprès,
Et dieumanche au slat l'vant, veus l'veureuz dans mes brés.
J'naivans rien roublié, j'creus? retonnans è l'ovraige.
Allons, peire, allans n's-en, je m'sens tot pien d'coraige.«

Drès l'saimdi hhuvant, tot les gens convaqués
Airrivent sus des chés tot remplis de boquets;
Les fommes, les bacell' atint comm' des poupayes,
Les peutes, comm' les beil', atint d'même pérayes;
Les gaihhons sus zous ch'vaux féyint kiaquer zous fouets,
Comm' L'aivint déjè fat, è lè preumire foës.
V'érins dit que l'airmaye airriveut dans lo vlaige,
Tant les chés, guairnis d'peille, atint chairgés d'baiguaige.
Au traihin qu'c'lé feyeut, tortos les haibitans
Atint au d'vant d'zous euhh po veur les airrivans.

Dessus l'pus bei des chés on weyeut Letcornaye.
Enteur les dous Pouaré chairgés d'eune fonnaye
De boquets, de ribans, jusqu'é d'sus zous chaipés,
Riant tot comm' des fous des prihons échaipés.
Ç'ateut pis qu'au fehhtin, qu'laivint fat l'jo d'lè nace.
Ce jo lè, po rahon, on n'é point chanté d'masse.
Fanchon, lè pour' Fanchon, ateut dans l'emberrés;
Elle ateut dedans s'lit, t'nant s'gaihhnat dans ses brés.

Au lagis d'Chan Heurlin, tos les gens vont se rende.
On aipoute des chyr's po les adier è d'hhende.
Chalat v'lant lo preumin cheuz lu so preusenter,
Aiprès s'ché to treupchant at auss'tout keulbuté.
On corre, on lo sotient, tot prat d'cheur en foëblesse,
I n'aiveut rien d'cassé, seul'ment l'ateut baquesse.
I fat, en s'egralant c'qui pieut po so r'rdrassier:
- »Val lè doleur que s'paisse, et j'na qu'in pou mau l'pied.
Merci tortus cent fois, j'n'a-m' bezan qu'on m'adieusse,
J'm'en vra beun tot per mé, i n'faut-m' que j'vos géneusse.«
Les fomm' en baihh' des chés sautint comm' des caibris,
Et d'crainte de lè piawe, s'en vont s'matte è l'aibris.

Les vlè tortus rentrés, lè chambre en ateut pieine,
V'airins dit des laipins grouillant dans zout gairenne;
Tant qu'is atint tortus, l'aivint bon aupétit,
et po pleur les coucher, i falleut pus d'in lit.
Ginon qu'aiveut por zous prépairé don fromaige,
Des ieus, in grous jambon, même ica don pataige,
Les engaige tortus è soper sans faiçon:
- Ȃ'at maigue auj'd'hu, dit-elle, et j'n'aivans point de phhon.
Ve v'en paiss'reuz, si v'piat, demain j'f'rans mieux les chouses.«
Les fomm' repond' auss'tout: »J'natans-m' scrupulouses,
V'aiveuz pus qu'i nos faut por bien nos régaler
J'n'en aivans-m'tant cheuz nos que v'en aiveuz tolé.
Po nous coucher tortus ve s'reuz embéressaye;
Mas po n'point vos gêner, matteuz nat'aissembiaye
Dans vat'chambre en-haut. V'aiveuz don train tossé?
L'ink è cotié de l'aute, on s'mattré sans s'presser.«
- »Oh! oh! reprend Ginon, v'n'ateuz-m' tortos des popes,
Et j'creus qu'i n'a-m' preudent d'matt' lo fu prach' des topes.«
- »Bah! bah! dit Letcornaye, at-c'que l'on pense è c'lé?
Mateuz nos y tojos, j's'rans tortus beun tolé.
Feyeuz-y p'ter bien vit' cinq ou hhihh batt de peille,
Et j'n'en vrans auss'tout n'airranger veill' que veille.«
Sitout dit, sitout fat, chaiquin ayant bien bu,
On s'souhate, en chantant, en riant, bonne nut.
Et tot bien, tot honneur, si l'on en creut les fommes,
L'ont paissé, c'te nut-lé, fourt contentes des hommes.

Lo dieumanche airrivé, qu'ateut lo lendemain,
Ç'ateut lo grand, l'bei jo por lo dalent parrain.
Lè mairraine Ginon, dans l'maitin ateut pratte,
L'aiveut mis s'bé bonnat et sè pus beille catte,
So grand mochu bradé et s'roge vantérien.
L'aiveut l'ar d'eun' bacell', tant sé mise ateut bien.
Fanchon, lè jouye au kieur, et tojos pus aimabe,
Brilleut tot comm' lo slat, comme in ange aidourabe.
Dans ses dous bés grands oeils, on weyeut s'content'ment,
E d'piahis tos les gens li féyint compliment.
De sé beile main bianche, elle bailleut don myrthe,
E tos les assistans, tortus gens de mérite.
Por zous l'aiveut aussé preupairé des ribans;
Tortus s'en sont pairés, c'ateut comm' des galans,
L'en aivint aux chaipés que fayint lè coronne,
L'en aivint devant zous qu'aivint, j'creus beun, in aune.
Po bailler des boquets, lo boin, lo brauve Heurlin,
Aiveut drés l'point don jo dépoillé so jaidin.
- »Ateuz-ve tortus prats, dit-il è l'aissembiaye?
N'allans-me nos broiller, ni fare eune crawaye.
Weyans, j'attans dihh-sept, i nos manque Freumin,
I d'veut éte cheuz nos aujd'hu de grand maitin.«

- »I n'daré-m', dit Marice, i vinré po lé masse.
Teneuz, en palant d'lu, j'creus, ma foë, que lo vace.«
A méme instant l'airrive éva lo sec au dous.
- »Aivant d'entrer, dit-i, j'a pris in pou de r'pous.«
- »J'aivans 'ca, don temps d'rehh, repond son aimi Marice.
Essieute-to tolé, et route té valise.
Je pense que t'ais d'dans tortot c'que j'a d'mandé?
Que t'n'ais rien roublié de pawe d'ét' grondé?
- »T'en as, ma foë, bien hhur,« dit Freumin. - »Les draijayes
I faut, r'pond Chan Heurlin, les bailler au parrain,
Et que d'vant tos les gens, i les j'teusse è piein' main.«
- »V'n'y üenseuz-m', dit Chalat, ne sus-je me lo compére?
Ç'at lè moude, je creus, qu'j'en baille è mé commére,
J'en a piein un' grand boite, et j'vas vos les aip'ter,
I s'rint déjè d'vant vos, si j'aveus-m cubouler.«

Dans i keugniat d'lè chambre, en r'levant sé keulatte,
I s'en va tot auss'tout retreuver sé caissatte
Et l'aippoute en jambiant au bé mitan des gens,
- »J'a lè kiè dans mè malle, et v'alleuz veur c'qu'at d'dans,
Dit lo bénét d'Chalat, v'alleuz veur si j'sus beite,
Si j'sais c'que ç'at de vive, et si j'n'a-me de lè teite.
R'wateuz lo bé boquet, po mé commér Ginon;
Val de pois de seuk bien fins, d'qué remplir son giron;
Val aussé po m'filleul in bé draipé d'moss'line,
Val in bonnat d'denteul, qu'é, ma foë, bonne mine;
V'alleuz veur que c'je-cé, j'na-me oublié Fanchon
Val in bé grous pain d'seuk que vaut beun in jambon,
Val in mochu bradé que deurré des ennayes.
Val po bailler aux gens dous grous secs de draijayes.
En v'lé, mes aimins, je ne sus-me in parrain d'bou
Comm' ve l'weyeuz tortus, en treuv'reuz-ve des m'lioux?
- »Non, ma foë, dit Heurlin, mas t'ais fat trap d'deupense,
Je n'sais c'ment que j'pourrans t'en bailler reuconpense.«
- »J'n'en vieux-m' d'aut' que l'piahi de v'far tortus contens,
R'pond Chalat, j'v'aime auss'tant qu'si v'atins d'mes pairents.«
- »Mardi, j'n'y pieux pus t'nin, i faut que j't'embraisseuse,
Dit Ginon, qu'éva té, dés aujd'hu, je danseusse.«

Chaiquin au boin Chalat feyeut des compliments.
Sus s'boin kieur, ses preusents et ses bés sentiments.
Pendant qu'i s'caijalint, val lè masse que sonne.
- »Aiprateuz-v' dit Heurlin, et parrain et marraine,
Heuyeuz lè saige-fomme. Ah! lè val qu'a tolé,
Ayeuz soin d'nat' jau, qui seut beun env'lappé.
Mas je n'wé-m' tossé lè portouse d'auguire?
Sia, Sia! lè val aussé, qu'at tojos prate è rire.«
- »Ne v'preusseur-me tant, dit lè beile Fanchon,
Lo darnier coup n'a-m' s'né, n'faut-m'renvailler m'gaihhon.
Allons tot docett'ment, qu'en penseuz-v' Marice?«
- »Ç'at vra, r'pond-t-i, sans nos on n'commenc'ré-m' l'office.«
- »Ecouteuz, r'prend Heurlin, ve n'direuz-m' que non.
Val les kiaches déjè que font zout cairillon;
Pairtans en rang d'ignons et merchans en silence,
N'faut-me aller au motin comme on corre è la danse.«

Val mes gens devant l'euhh, on n'les é-m' putôt vus.
Que tortot dans lo v'laige ateut sans d'zos dessus;
Hommes, fommes, afans, atint devant zout' poûte,
Kenrioux d'veur l'aissembiaye, et tortus en déroute.
Tortot ateut en branle, et les kiach's et les gens,
Les boëtes, les vialons et tos les instruments.
Ç'ateut in cairillon, qu'aireut fat sauver l'diale,
Fanchon, lè pour' Fanchon en ateut causi pâle.

En enteur au motin, dévat'ment, sans dir'mat,
Dezos l'drep des mairiés on mat lo piat gaihhnat;
Por zous éva ferveur, de boin kieur chaiquin prie,
Et l'keuré tot auss'tout fat lè çarimonie.
Lè preumir' bacelle et lo premin gaihhon
Ont quêté tos les douss po les pour's don canton.
Les mairiés, les témoins, ayant fat c'qui faut fare,
Singé d'sus le reugite, et çolé sans natare,
Remercié l'keuré, payé tos les chalans,
Que v'tormentent tolé comm' des poures mendiants.
Lo parrain, lè marraine et tos les gens d'lè nace,
Au lagis d'Chan Heurlin s'en r'vont aiprés lè masse.

Ç'at tossé qu'i faut veur tot lo v'laige ébaubi;
Po awer des pois d'seuk, on n'ouyeut pus qu'in cri.
Chan Heurlin de s'côté, lo parrin Chalat d'l'aute
En jetint è pognaye et n's'en feyint point faute;
Les kiaches, les vialons, tortut ateut en l'ar,
Et les boëtes surtout ressanint au tonnar!
Ouyes, cainards, dindons se malint è lè féte,
Les jaux chantint si haut qui vos rompint lè téte.
Les veiches, lo wairé, les chins et les moutons
Jaipint, gueulint tortus pus fout que des ânons.
On entendeut pertot au mitan d'lé malaye:
»Viv' Marice et Fanchon! viv' lè beile mairiaye!«
Chaiquin rendeut hommaige è totes ses vertus.
Heurlin n'aireut-m' baillé c'jo lè po cent écus.
Aux gens qu'atint d'vant l'euhh, i jeut' ça des dreugeayes
Des dobes tant et pus, et tojos pé pognayes.
On r'commence è crier: »Viv' lo boin Chan Heurlin!
Lo boin Dieu béniré lo baitomme et l'fehhtin!«

En rentrant dans lè chambe éva tot' l'aissembiaye:
»Ç'at lè moude, dit-i, d'rembraissier lè mairiaye,
Et lo mairié tot d'même, aussé j'vas commencier.«
Chaiquin en l'imitant ne se fat-m' prier.
Chalat s'aivance auss'tout, et tire se sé malle
In grand paupier timbré, témoin de sé péralle:
»Val, dit-i è Fanchon, lo m'lioux de des preusents,
J'a dit que j'me rewateus tot comm' de vos pairents,
J'a pramis que m'filleul aireut mon héritaige;
I l'airé aiprès mé, sans pracès ni pairtaige.
J'rest'ra tojos gaihhon, si ve v'leuz l'aiccepter,
Je n'vieux qu'vat aimitié por prix de c'contrait-lè.«
- »Je n'soffrirans jaimas in pérail saicrifice,
Je n'ira-m' vos deupoiller«, r'pond auss'tout Marice.
- »Ç'n'a-m' çolé, r'prend Chalat, si j'li baille mo bien,
J'm'en reuserve lè rente, aiprés j'n'a b'zan de rien.
Que v'en sane tortus? paleuz donc, Letcornaye,
C'lé n'at-i-m' beun enlé, ou fas-je eun crawaye?«
I r'pond qu'on n'pieut mieux fare, et qu'è pâler franch'ment,
In aibandon enlé vaut mieux qu'in testament.
»Et! beun, reprend Fanchon, j'aiccept'ra de vat' grâce,
Po vat' petitat filleul lo contrait d'vat' promasse,
Et quand i s'ré d'vin grand, i v'en remercieré,
Et d'vat' beile aiction, lo ciel vos r'compens'ré.«
Chalat s'vouet aippiaudi pé tot' lè compaignaye,
On li fat compliment, on l'embraisse è l'envaye,
Il en brayeut de jouye, et n' poleut r'ponde in mat.
Fanchon creyant l'cailmer li poute so gaihhnat.
Bah! ç'ateut ica pis, vlé qu'i so r'mat è brare,
Qui rembraiss' so filleul, et qu'i n'sait comment fare
Po l'cairesser, l'bahier, lo r'tonner d'cent faiçons;
I n'poveut so lasser, n'écouteut point d'rahons.
»V'alleuz le renvailler«, li crieut l'aissembiaye,
I brayeut comme in vé qu'on moëne è lè boch'raye
Et n'écouteut péhhoune, aussé l'en é tant fat,
Qu'lé, en lo dandinant, renvaillé l'piat gaihhnat.
»Ce n's'ré rien, dit Fanchon, j'vas li bailler è boëre,
Et drés qu'i s'rendreum'ré, je l'mattra dans s'berçoire«

Elle alleut s'en aller, quand arriv' lo keuré;
L'aiveut mis sé soutane et son bonnat carré.
Aiprés tos les sailuts, les compliments d'usaige,
Chan Heurlin, tot content, vieut li bailler in siège.
»Ç'n'at-m' lè poine, è c't'houre on drasse lo diner,
Dit Ginon, d'peus l'maitin, j'avans tortus juné,
Allons, monsieur l'keuré, vat' piaice at prépairaye,
Paisseuz d'vant, vas berbis vos hhuvront, f'ront lè haye.«
Dans lè chambe è côté, chaiquin s'rend en jasant,
En chantant, en riant, et d'piahi s'aigaiçant.

Si l'on v'leut raiconter tot c'qu'on-z-é fat è tauille,
Les grous mats qu'on-z-é dit, comme on-z-é fat lè riaule,
Combien qu'is aivint d'piéts, et combien qu'is ont bu,
I faureut pus d'in jo, mas j'en sus ben ensu.
I hheufit d'sawer que Fanchon, que Marice,
Chan Heurlin et Ginon, et Chalat lo jocrisse,
Ont tortus t'ni péralle et fat ce qu'is ont du,
Qu'é Vremin, en in mat, règne ica d'lè vertu.
Les lecteurs pensent beun, qu'auss'tout aiprés lè panse
Eune si beile féte é fini pé lé danse;
Et si de c'que j'a dit is sont tortus contents
Je s'ra payé d'mè poëne et n'regrett'ra-m' mo temps.




hosted by tripod